AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue, Elanor ! - PV Tony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Lun 9 Avr - 21:53

Depuis quelques jours, on le savait : Elanor pouvait arriver d’un jour à l’autre, d’un moment à l’autre même. Chaque soir, quand on se couchait, on s’attendait à être réveillés la nuit et à devoir partir en urgence. Trois semaines que ma valise était prête, au cas où la petite pointerait le bout de son nez plus tôt que prévu, et quelques jours déjà que je devais presque pousser Tony vers la sortie de la villa en lui disant que tout irait bien et que oui, bien évidemment, si le travail commençait, je l’appellerait. Comme si j’allais aller à l’hôpital sans le prévenir et l’appeler une fois que tout est fait !
Il faisait très chaud aujourd’hui, une vraie journée d’été, et quand vous êtes enceinte et à terme, je peux vous dire que vous avez deux fois plus chaud que d’habitude ! Ajoutez à ça le stress… Ca fait deux jours que je ressens des petites contractions. Quand je n’arrivais pas à toucher le docteur Bernadini, j’appelais Chiara. Mais tous les deux m’ont rassurée, ça veut dire que le corps se prépare, tout simplement, pas que le bébé arrive.

Je tentais donc d’être zen, le plus possible. Et comme il faisait très chaud, j’avais décidé de prendre une seconde douche. Il était onze heures du matin, le soleil allait bientôt être à son zénith, j’avais envie de frais. Je suis restée longtemps sous le jet d’eau fraiche, et c’est presque à regret que je l’ai éteins d’ailleurs ! Mais à peine l’eau avait-elle arrêté de couler, que je ressentais une nouvelle contraction. Je serrais les dents, celle-ci était plus forte que les précédentes… Et pour cause !
Je m’y attendais pourtant, mais quand j’ai senti le liquide chaud couler entre mes jambes, j’ai eu un instant d’arrêt. Ca y était, je perdais les eaux ! Oh la la… Moi qui voulais rester zen ! Bon… On respire Sam… Le médecin avait dit que quand je perdais les eaux, j’en avais encore pour plusieurs heures. Pas de panique ! Je décide donc de remettre la douche en route, puis je sors de la cabine et prend une serviette que j’enroule autour de moi avant d’aller vers la chambre prendre mon téléphone pour appeler Tony…



Chéri ? Je… Je crois que tu devrais rentrer, je viens de perdre les eaux… Ne roule pas comme un fou, d’accord ? Tout va bien les contractions sont bien espacées, on a le temps !


C’est que je le connaissais ! Je préférais prévenir que guérir, même si je me demandais si ça servait à quelque chose. Enfin pas trop le temps de penser à ça là… Je finissais de m’essuyer, m’habillais rapidement, sortant une nouvelle robe d’été du placard. Ca faisait bizarre… Quand j’allais rentrer, j’allais pouvoir tout ranger et remettre mes anciennes affaires. Enfin certaines, il allait me falloir un peu de temps quand même avant de retrouver ma taille d’avant, j’avais quand même pris 13 kilos… Et tout en avant ! Je brossais mes cheveux mouillés, que je n’aurais pas le temps de sécher, et descendais dans le salon pour attendre Tony. La valise était près de la porte, prête à être embarquée, et dedans il y avait tout ce dont on aurait besoin, de mon nécessaire de toilette aux grenouillères, en passant par quelques chemises de nuit… Vous pensez qu’il n’y a pas grand chose à prendre, mais détrompez-vous ! Quand mon obstétricien m’a donné la liste lors de la dernière échographie, je n’en revenais pas ! Autant dire donc que la valise était… Conséquente.

Il ne me restait plus qu’à prendre mon sac. Je vérifiais que j’avais tout ce qu’il fallait dedans, puis j’appelais le cabinet du docteur Bernardini pour prévenir que j’avais perdu les eaux. Sa secrétaire a pu me le passer, et après m’avoir posé quelques questions, il m’a confirmé que je ne devais pas paniquer, que j’avais largement le temps d’aller jusqu’à l’hôpital, qu’il allait appeler pour les prévenir de mon arrivée, et qu’il serait là largement à temps pour s’occuper de moi. C’est donc rassurée que j’ai raccroché. Rassurée aussi, parce que je venais d’entendre la porte d’entrée s’ouvrir et que ça voulait dire que Tony était arrivé…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mar 10 Avr - 10:51


« …C’est pourquoi j’estime qu’il vaut mieux anticiper les réparations impératives, si nous prenons le risque de mettre en danger les…Excusez-moi je, deux minutes. »

« Tonio… »

« Allo ?! Oui ! Ça ne va pas ?... Oh Sam je, oui oui ne t’en fais pas je roule euh, normalement ! J’arrive ! »

« Tonio s’il te plait ! »

« Elle va accoucher ! Je suis désolé Ben et les autres, terminez avec les experts tout a été dit de toute façon ; merci messieurs…Je vais être papa ! »

J’attrape ma mallette dans ma lancée et je me précipite jusqu’au bureau pour tout fermer et attraper les clés de voiture : indispensable !
En passant je manque de percuter la vieille secrétaire accompagnée d’Abigail à qui je fais un signe positif pour simple explication. Inutile de développer, elles ont toutes les deux compris ce qu’il se tramait…Enfin je crois, bien qu’elles n’aient pas souris.

Quel stress. Quelle angoisse étouffante et prenante depuis quelques semaines. Une vingtaine de jours en tout cas. Nous nous étions psychologiquement préparés, nous savions que ce moment pouvait se produire n’importe quand mais croyez-moi : on n’est jamais prêt pour ça !
Ceci dit, si je ne suis pas prêt car totalement excité et honnêtement angoissé, je ne peux m’empêcher de ressentir une joie immense m’envahir ce qui provoque un grand et bête sourire sur mes lèvres. Je me sentirais mieux encore quand j’aurais retrouvé Samantha et que je pourrais l’épauler, et plus encore lorsque la petite aura rejoint notre monde…

Je jette la voiture en travers de la route, prête à repartir, et je monte les escaliers quatre à quatre – manquant de me vautrer mais ne dites rien à mon épouse – et j’ouvre la porte doucement pour être sûr d’avoir l’air posé…
Bon d’accord je transpire presque, je suis essoufflé et visiblement en transe. Mais à part ça : tout roule non ?!

« Chérie ! »

J’attrape sa main et n’ose pas toucher son ventre que je regarde avec admiration et crainte mêlées. C’est tellement…bizarre. Enfin qu’est ce que je fabrique !? Ce n’est pas l’heure de suivre un cours de science je dois me rendre utile. Autant que faire se peut.

« Aller viens ; doucement. Ça va ? Tu as mal ?! J’ai pris une bouteille d’eau à la mairie en partant et je, je peux faire quelque chose d’autre ? »

C’est tellement incroyable comme évènement, tellement bluffant cette magie du naturel que j’ai l’impression que les choses ne peuvent être si « simples ». Elles ne le seront pas forcément pour mon amour il est vrai, mais elle s’y attend et nous savons qu’après ce moment de douleur : à nous le bonheur !
Je l’aide à s’installer dans la voiture et je me jette au volant en inspirant un grand coup. Ok j’ai conduis rapidement pour venir, mais désormais je dois simplement être efficace. L’amener vite à l’hôpital oui, mais on ne peut plus prudemment !

« Ça va aller mon ange, je suis là ça va aller, notre petite arrive…Attends deux minutes Elanor s’il te plait… »

Dis-je alors que nous approchons du large bâtiment. Pas de temps à perdre il faut que mon épouse soit prise en charge ! Je veux pour elle le meilleur mais j’avoue que je suis si inquiet que je veux surtout de la rapidité dans l’attention que les infirmières et médecins vont porter à Samantha.

« S’il vous plait on va être parents et…ah merci, ici ? C’est ici ? »

Je suis si affolé que je comprends mal les indications qu’on me donne mais les sourires bienveillants des aides soignantes sont assez rassurants. Elles savent comment les choses se passent et si elles ne paniquent pas…je n’ai aucune raison de le faire ;
…qu’elles se dépêchent quand même !

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mar 10 Avr - 14:42

Respirer… C’est la clé il paraît. En même temps si on ne respire pas, c’est qu’il y a un problème vous me direz ! Je suis un peu angoissée, c’est normal vu que je suis dans l’inconnu. Comme c’est mon premier bébé, je n’ai aucune idée de ce à quoi je dois m’attendre, même si j’ai visionné des émissions sur le sujet. Mais à part quand j’ai une contraction, je n’éprouve pas de douleur, et pour l’instant elles sont espacées. Je me concentre donc pour rester le plus calme possible. J’ai intérêt à y arriver, parce que j’imagine très bien que le papa, lui, va être dans tous ses états, et si on est deux à être comme ça, on va rendre cinglé le personnel soignant !

En parlant du papa, le voilà qui arrive. Je manque d’éclater de rire quand je vois sa tête. Genre… Je suis zen tout va bien, mais essoufflé comme s’il venait de piquer un sprint ! C’est officiel, il a roulé comme un fou. Remarquez, je m’y attendais, j’avais dit ça pour la forme, et parce que je n’avais pas du tout envie qu’il ait un accident en venant ! Enfin il est là, sain et sauf, c’est le principal. Je me lève donc de la chaise sur laquelle je m’étais assise en l’attendant et tente de le rassurer.



Tout va bien, les contractions sont bien espacées et je n’ai mal qu’à ce moment là. C’est supportable !


Y’avait intérêt à ce que ça le soit ! J’avais choisi d’accoucher sans péridurale. Vous me direz que je suis maso, mais je me suis renseignée sur le sujet et je n’ai pas aimé ce que j’ai découvert. D’abord, le bébé reçoit un peu de l’anesthésiant qu’on injecte à la maman. Ensuite ça augmente le risque de devoir utiliser des instruments comme les forceps et la ventouse pour extraire le bébé parce que la mère n’a pas la même force pour pousser et ne sait pas la doser comme il faut, et pour terminer, on se remet plus vite de l’accouchement quand on n’a pas eu de péridurale. Mon choix a été vite fait, s’il fallait que je supporte la douleur pour donner un maximum de chance pour que tout se passe le mieux possible, et bien j’allais serrer les dents. Des milliards de femmes avaient accouché sans ça après tout, non ?

Nous voilà donc partis pour l’hôpital. Vérone n’est pas une grande ville, nous ne sommes donc pas bien loin, ce qui est un bel avantage ! Remarquez là, je pense que ce n’est vraiment pas pour tout de suite. Une nouvelle contraction arrive alors que nous sommes en vue de l’hôpital et en regardant l’heure sur le tableau de bord, je vois qu’il y a 15 minutes d’espace entre deux. OK, c’est bon no panic ! Je fais d’ailleurs un sourire complice à une des infirmières qui semble avoir l’habitude de ce genre de comportement de la part des pères. On me met dans une chaise roulante – règlement de l’hôpital oblige – et on me conduit au bon service où je suis prise en charge par une sage femme.



Bien. Donc vous êtes une patiente du Dr Bernardini, c’est bien ça ?

Oui, c’est ça.

Vos contractions sont espacées de combien de temps ?

15 minutes.

Elles sont longues ?

Je dirais…30 secondes.

Parfait. Le docteur sera là d’ici deux petites heures, ne vous en faites pas, vu la fréquence des contractions, je dirais que vous n’accoucherez pas avant ce soir.


Oh la la… Je savais déjà que ça pouvait durer longtemps, mais ce soir… Ca me semblait tellement loin ! Je prenais la blouse d’hôpital qu’on me tendait et j’allais l’enfiler dans la salle de bains avant de revenir dans la chambre pour m’allonger sur le lit. On me mettait tout un attirail et je commençais à ressembler à Robocop !


Avec ça on va pouvoir mesurer les contractions et leur fréquence, comme ça on saura comment ça évolue.


Et là, c’est le moment qui est sans doute désagréable. Premier examen pour vérifier où on en est si vous voyez ce que je veux dire.


Col dilaté à trois centimètres, on avance doucement c’est très bien. Je m’appelle Teresa. Monsieur, je vous la confie ! Si vous avez besoin de moi, n’hésitez pas, mais je viendrai régulièrement voir l’évolution. Détendez vous, tout se passe bien.


Dernière édition par Samantha Belosi le Mar 10 Avr - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mar 10 Avr - 15:34

Je n’sais pas ou me mettre et pourtant j’aimerais être partout. Enfin, partout ou je pourrais avoir la moindre utilité pour Samantha, Elanor et donc les aides soignantes. Je peux faire quelque chose pour éviter que l’on prenne un risque, non ?
J’ai tellement peur, mon amour va subir des douleurs qu’on dit inimaginables et je suis obligé de supporter les bienveillances de ces dames – certes sympathiques – mais ô combien stressantes !
Je crois qu’en fait, je suis frustré. Frustré de réaliser qu’en plus d’avoir porté notre petite pendant neufs mois, la bientôt jeune maman dont je suis fou doit souffrir peut être des heures durant pour qu’enfin nous soyons parents. Ce n’est pas juste et croyez-moi si de mon côté tout va bien, je suis en fin de compte très mal.
Je voudrais pouvoir l’aider et ne pas me contenter de lui tenir la main…

« Qu’est ce que je dois faire s’il vous plait ?...N’y a-t-il rien contre la douleur qu’elle ressent ?...Doit-elle boire ? Est-ce qu’elle peut ?! »

On me demande de me calmer, de souffler, de m’apaiser, on se rit de moi en m’assurant que c’est bien Samantha qui va souffrir et non moi, me confirme qu’elle aura mal et qu’on ne peut y faire grand-chose surtout sans péridurale…Ca les fait vraiment rire ?! Moi pas !
Ça ne m’amuse pas que des professionnels se permettent de me mettre dans cet état de panique. Je suis incapable de lui venir en aide et cette sensation d’impuissance est si terrible. Si dure à supporter. Ils peuvent bien comprendre non ?...

Heureusement, nous avons finalement à faire à plus doux et attentionnés qu’à l’entrée de l’hôpital. Alors que mon ange est en train d’être équipée d’un joyeux bordel effrayant à lui tout seul, une jeune infirmière m’explique l’utilisation de chaque appareil, chaque fil et me parle si joliment du moment que je m’apaise progressivement ;
Oui, elle a raison : en fin de journée nous serons parents, Samantha et moi, d’une adorable petite fille. Je n’ai qu’à supporter ce que toute femme ou presque traverse un jour. Elle m’assure aussi que ma présence est une aide certaine et je lui souris ; reconnaissant.

« …Oui très bien ; je n’hésiterais pas à vous trouver s’il y a besoin…merci. »

Dis-je à ladite Teresa qui après la jeune infirmière termine de me calmer. Un peu.
Je m’installe aux cotés de mon amour et je prends fermement sa main dans la mienne, la caressant avec amour. Mon sourire s’accorde avec la brillance de mes yeux. Je suis apeuré, impatient, ému…

« Comment tu te sens ? Tout va bien se passer il n’y a aucune raison. La petite est prête ; je crois que moi aussi malgré tout…Et toi ? »

J’embrasse la peau douce de sa main puis son front et j’observe ce beau ventre qui d’ici quelques heures, ne sera que souvenirs. Quelle histoire ! Si j’avais pu imaginer que j’aurais la joie de devenir papa ; je n’aurais pas pu mesurer la beauté de l’évènement !

« Tu veux que je prévienne tes parents ?! Je n’sais pas si j’appelle les miens, il faudrait peut être. »

J’attends que ma belle m’annonce ce que je dois faire ou non avant de sortir au cas ou il faut téléphoner ;
L’idée de la laisser seule – comprenez : sans moi – me déplait mais je peux faire l’effort pour annoncer la fantastique nouvelle : C’est le grand jour !

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mar 10 Avr - 17:01

Bon et bien voilà, il n’y avait plus qu’à attendre. Je savais que ça pouvait durer longtemps, mais j’avais déjà perdu les eaux, mon col commençait à se dilater, donc je savais qu’on y passerait pas la nuit. En plus comme je ne faisais pas de péridurale, le travail irait plus vite. Les douleurs, pour l’instant, je gérais. Bon, ça ne faisait pas du bien, c’est clair, et si jusque là les contractions n’étaient pas très douloureuses, je sentais bien la différence entre la préparation et le moment M ! Mais ça en valait la peine non ? Certaines femmes ne font pas des tas d’enfants par hasard, et il paraît que la douleur de l’accouchement, on l’oublie assez vite. Je voulais bien le croire.

Tony est par contre dans tous ses états. Je m’y attendais figurez vous et c’est bien parce que le travail a commencé de la journée qu’on a évité l’incident du pantalon à l’envers ! Mais je me mettais à sa place, et je crois que je deviendrais cinglée aussi. Il doit se sentir terriblement impuissant. A part me soutenir, être là, il ne peut pas faire grand chose. Pourtant c’est déjà énorme vous pouvez me croire ! J’imagine mal ce que doit ressentir une femme qui doit accoucher seule. Un enfant ça se fait à deux, et on doit le faire à deux jusqu’au bout.



Je voudrais être dans vingt quatre heures. Ca va, je me sens bien… Je crois même que je vais y prendre goût !


Je ne peux pas m’empêcher de rire. Je sais que ça a l’air étrange dit comme ça… Surtout maintenant en fait… Mais malgré les points négatifs qu’entraine une grossesse, j’ai adoré être enceinte, et être ici, c’est ce que j’attendais depuis des mois en fait. Un rêve qui se concrétise, une famille qui se construit… Tout se passe bien, je n’ai au aucune difficulté pendant que j’étais enceinte, l’accouchement semble, lui aussi, bien se présenter… Alors il y a des douleurs qu’on aime éprouver parce qu’elles ne sont pas vaines. Finalement, on dirait bien que j’étais faite pour être maman après tout !


Il est cinq heures du matin chez mes parents, on va attendre un peu quand même. Mais oui, tu peux appeler les tiens ! Sinon Fiora va nous faire une crise si jamais tu traines pour les prévenir !


Je voyais déjà ça d’ici ! Pas sûr que ça soit pour moi qu’il faille préparer des calmants finalement ! Evidemment Fiora va être dans tous ses états, peut être même pire que Tony ! Tony d’ailleurs, semblait hésiter à quitter la chambre. Mais je l’encourageais à le faire. Après tout, mieux vaut le faire maintenant non ? Là je suis loin d’être prête à accoucher, il ne risque pas de manquer quoi que ce soit.


Allez, file !


Je n’ai pas été seule bien longtemps, à peine deux minutes plus tard, la sage-femme, Teresa, entrait dans la chambre.


Tout va bien ?

Oui, tout va bien. Mon mari est allé prévenir ses parents. Dites moi… Est-ce que vous savez si le docteur Bellagio est de garde aux urgences ?

Non… Pourquoi ?

C’est une amie de la famille. Très proche… En fait la future marraine de la petite.

Oh vraiment ?


Bon… Techniquement non, vu qu’on ne compte pas la faire baptiser… Mais c’est tout comme non ? Si on avait décidé de le faire, à coup sûr c’est elle qu’on aurait choisi. Donc bon, on ne va pas entrer dans les détails, n’est-ce pas ?


Oui… Est-ce que vous pourriez les appeler et si elle est là, demander qu’on la prévienne ?

Bien sûr. On continue de progresser tout doucement et le cœur du bébé est parfaitement dans la norme pour ses battements. Si vous voulez boire, vous pouvez, mais pas trop. Je sais que c’est difficile par une chaleur pareille, mais la perfusion vous hydrate bien et trop boire risque de vous rendre malade. A la limite sucez un glaçon.

D’accord, merci.

Ah et bien Monsieur est de retour… Je vous laisse et j’essaie de voir si votre amie est là pour la prévenir. A tout à l’heure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mar 10 Avr - 20:45

Dans un vingt quatre heures ? Ou en serons-nous dans vingt quatre heures ? Une chose est sûre, quasiment, nous serons parents. N’est ce pas merveilleux ? Oui mais tout ce qui tourne autour de cette nouveauté qui va faire partie de nos vies, nous ne pouvons réellement l’imaginer ;
Il y a tant de choses à prendre en compte à commencer par le déroulement – pitié qu’il soit bon – de l’accouchement. Que la petite comme la mère se portent à merveille et à partir de là nous pourrons envisager de réaliser le bonheur qui nous arrive…mais en attendant ;
Mes doigts se resserrent sur sa tendre main et je lui souris, compatissant mais toujours aussi impuissant.

« Ce sera vite là ne t’en fais pas, ce n’est qu’une question de temps à traverser chérie, ta petite arrive elle n’attend que tes bras… »

N’ai-je pas raison ? Il me semble que si mais je sais que mes mots ne sont sans doute pas suffisants pour apaiser un cœur affolé et un corps qui va se réaliser ; je crois. Je me mords la lèvre, culpabilisant presque d’être aussi inutile et je pense enfin à agir : prévenir nos proches !
Les parents dans un premier temps même si Sam me rappelle brillamment que chez ses parents, c’est sans doute trop tôt…Ne nous en voudront-ils pas ? Je commence par mes parents, ce sera toujours ça de fait mais pour être honnête je n’ai pas envie qu’ils débarquent là. Je veux qu’il arrivent après…Voyez ?
Égoïste jusqu’au fond vous vous dites, sans doute.
Je quitte la pièce pour me perdre dans les couloirs et passer mon coup de fil ; sans grande surprise : maman est folle. J’ai directement précisé que j’allais appeler toutes les deux heures ou toutes les heures en cas de précipitation de la petite…histoire qu’ils comprennent qu’ils doivent attendre la fin de l’accouchement. Ouf !

« Oui pardon je téléphonais tout va toujours bien ? »
Mon épouse hochant la tête pour me rassurer, je ne retiens pas la sage-femme et retourne près de mon amour. « Surexcités ! Enfin, surtout maman mais je pense que Davide est content. Ils t’embrassent et pensent bien à toi…J’appellerais tes parents d’ici deux ou trois heures…Si la petite tient jusque là. »

Logiquement oui, ce serait pas mal. Sauf si Samantha souffre, dans ce cas je préfèrerais que tout se passe vite. C’est si long d’attendre, pour elle comme pour moi je crois. Je ne réponds pas aux appels professionnels – dont trois de Benito – et j’attends impatiemment qu’on ait des nouvelles de Chiara, pour commencer.

« Si je l’appelle je sais qu’elle ne répondra pas. Tu sais plus professionnelle que Chiara…Il n’y a peut être que moi ! »

Dis-je en réalisant que si je ne précisais pas ceci, Sam se serait fait un malin plaisir de me le dire Laughing
Ahem ; j’attends alors sagement et j’ose caresser le ventre encore rond.

« Tu as l’air d’avoir si chaud…Attends. »

Je retire ma veste – car oui la profession m’oblige à une certaine tenue que je peux heureusement alléger ici – et après l’avoir posée sur un banc dans le couloir en face de la porte, j’éponge un morceau de tissu servant à soulager mon ange de toute sueur et je lui passe délicatement sur le visage afin de la rafraichir ;

« Voilà…respire doucement, ça va. Tu imagines, d’ici quelques jours on aura un tout petit bébé allongé dans la parfaite chambre qui l’attend au nid…Et on va devoir se lever toutes les deux heures en moyenne ! »

Je tire joyeusement la langue et dépose un baiser au coin de ses lèvres. Je fais le mariole, mais Sam est endurante et résistante, elle tient bon…mais ne souffre pas encore le pire. Qu’importe : je serais là ; la faire sourire ou juste la tenir par la main je ne sais mais je ferais tout pour la soulager ; un minimum…

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mar 10 Avr - 22:32

Oui, la petite arrive… Mais c’est tellement long ! Enfin je me comprends… Mais dans ces cas là, on voudrait que les choses se passent vite pour pouvoir enfin la voir ! Ca fait si longtemps qu’on attend… Vous ne vous rendez pas compte vous ! J’aimerais avoir une machine à voyager dans le temps, faire filer les prochaines heures. Pas pour en avoir fini avec le travail, mais pour voir enfin notre fille.

Pendant que Tony est parti téléphoner à ses parents, la sage femme vient faire les vérifications d’usage. En tout cas c’est rassurant de voir que le personnel est présent et me suit bien. Teresa est sympathique, coup de bol il ne semble pas y avoir trop de monde dans le service, donc elle ne doit pas courir partout. Je me demande si c’est pareil aux urgences, si le service est dans une journée calme et que Chiara pourra prendre quelques minutes pour venir me voir. Enfin… Si elle est de garde du moins, ça je n’en sais rien. Mais Teresa m’assure qu’elle va se renseigner, ce qui est une très bonne nouvelle.



Alors, comment ont-ils réagi ?


Je ne sais même pas pourquoi je pose la question ! Il est bien évident que Fiora doit être excitée comme une puce à l’heure qu’il est. J’espère qu’elle ne houspillera pas Davide pour venir, parce que de toute façon, ici, personne à part le père ne peut entrer ! C’est comme ça, les visites, c’est pour après l’accouchement. Si elle rapplique et qu’on lui interdit d’entrer, elle va nous faire un caca nerveux dans le couloir ! Enfin je me comprends…


Oui, elle tiendra, c’est pas encore le moment. J’ai demandé à Teresa de faire passer l’info à Chiara au cas où elle serait de garde aux urgences.


Professionnelle oui, c’est certain. Et puis les médecins n’ont pas vraiment le droit de se balader avec leurs portables. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont des bippers ! Et puis c’est beaucoup plus simple comme ça, en communiquant de service en service, elle aura l’info si elle est là. C’est vrai Chiara est faite du même bois qu’Antonio. Pire encore je crois, je ne lui connais pas de vie privée. Elle se lève pour son travail et n’a que ça dans la vie. C’est dommage… Si elle semble heureuse, je sais que rien ne vaut une vraie vie de famille avec un homme qu’on aime et qui sait nous le rendre. Je ne l’ai su que quand je l’ai connu cependant, pour l’instant ça ne doit pas lui manquer. Mais j’espère pour elle qu’elle trouvera un jour un équilibre, ça serait bien, elle le mérite.


Si tu dois répondre à un appel important, tu peux… Il faut en profiter tant que le travail n’a pas vraiment commencé.


Peut être que ça le rassurerait aussi de savoir que tout allait bien là-bas. On avait décidé qu’il prendrait quelques jours, mais continuerait de travailler tant que je serais à l’hôpital. Nous sommes mercredi, ça veut dire que je sortirai certainement samedi. Ca lui permettra de s’organiser avant son congé et de ne pas partir du jour au lendemain en catastrophe. Ici, ce n’est pas vraiment l’idéal, ça serait idiot de gâcher des jours qu’il pourra prendre quand on sera à la maison. Là bas ça sera bien plus agréable et il pourra mieux profiter de sa fille.


Hum… Il doit bien faire trente degrés dans cette chambre…


Mon mari est génial, vous ne trouvez pas ? Bien sûr que si vous trouvez… Et c’est bien normal. C’est génial d’être avec quelqu’un de si attentionné, d’autant qu’il ne l’est pas qu’aujourd’hui en cette journée spéciale. Il l’est tous les jours et tout le temps… Comment voulez-vous que je ne sois pas folle de lui ?


Toi tu travailles, il faudra que tu dormes la nuit. J’ai pas envie que tu t’endormes au volant en allant bosser ou en revenant à la maison.


Toujours à penser au pire ? Peut être, je dois avoir un instinct de protection hyper développé. Mais les faits sont pourtant là. Quand je pourrai faire une petite sieste quand Elanor dormira, lui sera au boulot et paiera une mauvaise nuit. Je ne joue pas les héroïnes, je vois juste le côté raisonnable et pratique.


Chéri… Tu as pensé à… L’organisation de ton travail ? On se voit peu tous les deux, je sais que tu as beaucoup de travail et que tu n’es pas du genre à le négliger… Mais… Tu verras à peine ta fille si tu continues sur ce rythme là chéri et…


Ouille ! Elle était belle celle-là… Saperlipopette !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mer 11 Avr - 7:49

Trente degrés environ en effet. En bon italien que je suis, j’ai beau avoir le sang chaud je supporte sans doute mieux la chaleur que Samantha qui vient d’un pays ; comment dire ; froid ? Bon j’abuse, mais vous connaissez mon côté j’en fais toujours trop !
Toujours est-il que si j’ai chaud à cet instant, je sais que la pression, le stress et tout le contexte dans lequel nous sommes plongés y est pour beaucoup. Je ne suis pas du genre facilement détendu de toute façon alors la moindre émotion me fait vite bouillir Rolling Eyes

« Je vais veiller à ce que tu ne fondes pas trop vite ! »

Je souris amusé en continuant d’éponger et de déshydrater sa peau aussi bien que possible. Le geste est sans doute futile, mais il n’y a malheureusement rien de plus efficace que je puisse faire ou alors, je n’ai pas eu la présence d’esprit de penser à mieux ;

Nous attendons, nous patientons pour être exact en espérant avoir des nouvelles de Chiara. Je ne voudrais pas qu’elle soit dérangée pendant son service et qu’elle trouve ses deux amis un peu « lourds » de la solliciter ainsi…Mais à bien y réfléchir nous avons simplement demandé qu’elle soit mise au courant et la connaissant ; elle sera ravit d’apprendre la nouvelle. Je pense même que si elle a deux minutes pour elle, mon amie se fera un plaisir de passer nous voir.
Je sors de mes pensées et autres calculs concernant les potentielles chances de visites de Chiara lorsque Sam me couvre, me protège sur un ton qui me fait tendrement sourire.

« Oh chérie je t’en prie je ne vais pas te laisser t’occuper seule de la petite pendant la nuit. C’est toi qui seras là pour elle en journée, déjà… et puis aides moi à briser cette réputation de franc macho que j’ai. Je participerais, un peu. Il suffira qu’on se couche un peu plus tôt qu’avant et puis je m’y ferais rassure toi. »

Son attention est charmante, vraiment. Et je sais qu’en cas de certaine fatigue jamais Samantha ne me reprochera d’avoir lourdement dormi, sans entendre Elanor pleurer…Mais je veux participer. Je sais déjà que j’en ferais moins qu’elle et ça m’embête. Ce cliché du père qui n’est là que pour le brin d’autorité alors que la mère occupe toutes les tâches et pas forcément les plus plaisantes ;
Je me suis promis de changer, pour moi cette part de « travail » fait partie du changement et je l’assumerais. De toute façon, il nous faudra quelques semaines pour prendre le rythme !

« Je sais bien Sam, j’y pense beaucoup et…oui mais…Sam ! »

Ma main lâche le bout de tissu imprégné d’eau fraiche et je la jette sur la sienne, la massant doucement. Mon regard navigue de ses yeux à son ventre et je finis par observer le couloir au cas ou je pourrais sommer quelqu’un de venir en aide ;
A moins que ce soit normal ? C’est fort probable mais je n’aime pas ça.

« Ça va ? Tu as encore mal ? Je vais appeler la sage-femme… »

Pas le temps de me faire arrêter ou encourager par Samantha, qu’une infirmière arrive en souriant pour effectuer de nouveaux contrôles. Décidément, elles semblent au point.
Je signale alors que mon ange vient d’avoir une forte douleur et on m’explique patiemment que les contractions vont très logiquement devenir de plus en plus fortes…Plus fortes que celle là ? Bon sang il va falloir que j’aille me chercher un verre d’eau. Ce que je fais, profitant que Sam ne soit pas seule et lorsque je reviens je m’installe près d’elle en soupirant.

« Je vais faire ce que je peux pour la mairie. Les choses s’y passent bien…Ce qui implique une certaine charge de travail. Je ne peux pas tout relâcher facilement et quoiqu’on en dise je t’assure que les autres employés bossent dur. Je ferais ce que je peux, tu sais bien que passer du temps avec toi ; avec vous bientôt ; c’est ce que j’aime le plus au monde… »

Je retrouve un sincère sourire malgré le sens de ma phrase qui laisse comprendre que passer plus de temps avec elles qu’à l’heure actuelle ne sera pas chose aisée ;
Nous verrons bien, n’est ce pas ?

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mer 11 Avr - 14:03

Réputation de franc macho ? C’est bien une réputation, et je ne sais pas d’où elle sort ! Enfin si, je sais. Quand, au début de notre relation, j’ai eu l’occasion de le voir à la télévision locale, je ne reconnaissais pas vraiment l’homme que je fréquentais. Il a toujours été différent avec moi, et ça depuis le début. Je n’ai jamais connu l’homme public, je n’ai jamais rencontré le maire de Vérone. Tony est bien différent de ce qu’il montre aux autres et en tout cas, je peux dire que je n’ai jamais pu dire qu’il avait agit avec moi avec un certain machisme… A aucun moment ! Bien au contraire d’ailleurs.
Je sais qu’il va avoir à cœur de s’occuper de sa petite fille quand il sera à la maison. Je sais déjà que je vais faire en sorte que le bain du soir, du moins quand il rentrera assez tôt pour le lui donner, soit leur moment privilégié à tous les deux. Mais je sais aussi qu’il travail dur, qu’il a de longues journées au bureau, et je n’ai pas envie qu’il s’épuise à devoir en plus se lever la nuit.

Je sais que le point a déjà été abordé, mais on n’en a jamais discuté à fond. Là, on a le temps de parler, chose assez rare, donc j’en profite pour voir avec lui s’il pense lever un peu le pied. C’est qu’on se voir peu… A part le dimanche, les autres jours de la semaine il part aux aurores et revient au mieux vers dix neuf heures, mais il est plus souvent entre vingt et vingt et une heures. Le temps de manger, on arrive vite à vingt trois heures et il est déjà temps de se coucher.
Je savais à quoi m’attendre quand je me suis engagée dans cette relation, et je me suis toujours promis de ne pas être un frein à sa carrière, son travail. Si je peux serrer les dents, les choses ont changé maintenant, il ne s’agit plus que de moi. On va être parents, et je n’ai pas envie qu’il soit un père fantôme pour Elanor. Je sais qu’il le regretterait plus tard et que sa fille risque de le lui reprocher.

Mais pas vraiment le temps de voir ça en détails pour le moment, parce que me voilà prise d’une nouvelle contraction. Celle-ci est plus forte que les autres, ce qui en soit est bon signe, le travail continue, mais ça ne fait pas du bien ! Enfin ça je le savais, il faut bien y passer, et de nous deux, c’est Tony qui panique le plus ! Ca ne m’étonne pas et c’est logique. Il ne ressent pas ce que je ressens, il est inquiet et a toujours peur que quelque chose se passe mal.
Moi aussi bien sûr, mais je pense que j’ai l’instinct de me rendre compte quand quelque chose ne va pas. Et là, je sais que tout va bien. Je me doute bien que si je lui dis ça, ça ne va pas vraiment le rassurer, alors quand il me dit qu’il va appeler la sage femme, si au départ j’ouvre la bouche pour lui dire que ce n’est pas nécessaire, je finis par me raviser. Entendre une professionnelle lui dire que tout va bien le rassurera. Mais en lieu et place de la sage femme, c’est une infirmière, sans doute envoyée par elle, qui vient vérifier que tout va bien. Quand Tony s’éclipse, elle me regarde avec un petit sourire complice.



C’est votre premier ?

Oui.

Je vous rassure… Il sera aussi nerveux pour le second !

Oh oui, merci ça me rassure !


Je laisse échapper un petit rire.


Votre col est dilaté à 5 cm. Si vous continuez à ce rythme, dans trois heures, on sera en salle de travail.

Oh ! Et le Docteur Bernardini… Il est arrivé ?

On l’attend d’une minute à l’autre, il prend son service à 15 h. Ne vous inquiétez pas, il sera là bien à temps.

D’accord, merci.


L’infirmière me laissait donc au moment où Tony revenait avec un verre d’eau. La première chose que j’ai fait, c’est le rassurer et l’informer des dernières nouvelles.


D’après l’infirmière d’ici trois heures je devrais rentrer en salle de travail. Le Docteur Bernardini ne va pas tarder, tout va bien.


Voilà, ceci étant dit, on pouvait reprendre notre conversation. Je savais bien qu’il adorait passer du temps à la maison, jamais je n’avais douté de ça, et je savais aussi qu’il faisait ce qu’il pouvait pour y passer le plus de temps possible. Je reprenais sa main dans la mienne.


Je sais mon ange. Déjà je pense que je pourrai te retrouver pour le déjeuner aussi souvent que tu le peux. Je viens avec Elanor comme ça tu la vois à ce moment là. Je me disais aussi que la mairie pourrait engager des stagiaires ? Je sais que vous ne le faites pas encore, pourtant il y a des tas d’étudiants qui cherchent des stages pour valider leur diplôme. C’est de la main d’œuvre gratuite, et ça peut libérer du temps pour certains employés qui perdent du temps à certaines choses idiotes comme le classement ou fermer des enveloppes. L’un dans l’autre si on remonte la chaîne, ça donnera aussi plus de temps à tes proches collaborateurs pour faire certaines choses qui te déchargeront d’un peu de travail. Il existe aussi ces « analystes de temps »… Ce sont des gens qui viennent, qui observent comment les gens travaillent, et qui ensuite mettent au point une méthode qui, sans les faire courir plus, leur permet une organisation optimum. Ca serait peut être intéressant d’en…


Toc Toc ?


Je tournais la tête vers la porte et faisait un grand sourire à l’arrivée de notre amie.


Chiara ! Entre !

On m’a prévenue que c’était le grand jour pour vous. Comment ça se présente ?


Je l’embrassais, et pendant qu’elle allait en faire de même avec Tony, le la mettais au courant.


Ca se présente bien. Col dilaté à 5 et contractions de plus en plus rapprochées. D’ailleurs… Y’en a une qui arrive là, faites comme si je n’étais pas là !


Bien entendu, Chiara n’a pas pu s’empêcher de vérifier les constantes, et même le dossier où les infirmières et la sage femme notaient tout et qui était accroché au bout du lit.


En effet, si on suit la courbe, ça ne devrait pas tarder. Ca va Tony ? Tu gères ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mer 11 Avr - 21:08

Trois heures ? Trois heures ! Non mais elle ne se rend pas compte du temps que ça fait encore à patienter dans ce stress et cette angoisse pesante ! Elles ne se rendent pas compte ! Toutes autant qu’elles sont ! Comme s’il était humain de voir l’ange de sa vie souffrir comme tout alors que le monde autour continue à tourner comme si de rien n’était et…
Je prends sur moi.
Je sais que ça parait inhumain en tout point : Antonio Belosi prend sur lui. Mais je me suis fait la promesse d’être le plus posé qui soit, le plus discret, utile et respectueux. Je l’ai amoureusement promis à mon épouse il y a déjà de nombreux mois et il est l’heure de prouver que j’ai de la parole ; je la tiendrais…Tout va bien se passer, si elles sont toutes si calmes – mon amour un peu moins bien sur – c’est car elles savent que tout se déroule très normalement, sans problèmes.

« …ok…ok. Trois heures ; d’accord. »

Histoire que j’imprime bien voyez-vous. Trois heures ; dans trois heures je serais papa ? Non, tout dépend de la durée de l’accouchement. Il parait que c’est très variable selon l’enfant et la mère ; j’ai aussi entendu dire que le second était plus vif que son aîné…enfin, nous verrons bien.
Une chose est sûre dans trois heures, ma tension sera en moins bon état encore que maintenant ! Mais je peux bien tenir le coup ; Samantha s’apprête à pire…Et à tellement magique pourtant.

Une fois mes nerfs presque détendus…de – presque presque presque Laughing – je me réinstalle sur ma chaise et reprend le fil de notre conversation. Je prends la main de Samantha et je l’écoute attentivement.
Toutes ses idées sont bonnes, en tout cas justement motivées et correctement réfléchies. Je hoche la tête en oubliant quelques secondes le contexte dans lequel nous sommes et je reste pensif ; me frottant doucement le menton.

« …A voir. Pourquoi pas…tu sais ils le prendraient très mal là bas…Je vais faire de mon mieux pour m’organiser et me soulager autant que possible sans que personne ne subisse ; je réussirais à être présent mon amour. Compte sur moi ; certains maires m’étonnent tellement ils sont peu présents dans leur bureau ; je devrais pouvoir relâcher mon investissement…un minimum. »

Il faudrait bon sang, il faudrait.
Je garde bien en tête les solutions qu’elle a explicité à l’instant ; elles me paraissent excessives, sans doute parce que je n’ai jamais envisagé de relâché la mairie. Mais si j’étudie davantage ce « problème » je vais sans doute pouvoir trouver un accord ; un arrangement.

« Tu sais j’aimerais vraiment réussir à… Oh Chiara ! »

J’aime assez peu être coupé dans une conversation – surtout avec Sam – mais j’avoue que je suis très heureux de voir Chiara ; et heureux qu’elle m’empêche de terminer. Le sujet n’a rien de tendu et mes intentions vont dans le sens des vœux de mon amour ; cependant je sais à quel point je m’embrouille quand je parle en ayant des craintes et Samantha n’a pas besoin de subir ça ;
Souriant je vais enlacer mon amie en retrouvant en même temps le contexte actuel et si important !

Je laisse la belle vérifier très professionnellement – et je pense attentivement par amitié – les données et autres mesures utiles à la surveillance de Samantha et le bébé avant qu’elle ne s’adresse à moi ;
Hochant lentement la tête, sourire nerveux aux lèvres, je cache bien mal mon état surexcité !

« Eh bien…Sans aller jusqu’à dire que je gère je crois que je supporterais l’attente et la souffrance de Sam mais…C’est étrange et douloureux de se sentir impuissant. »

Prenant peur d’inquiéter ou d’embêter mon épouse je reviens à elle pour lui tenir la main tout en souriant à mon amie et je hausse les épaules ;

« Mais si j’ai bien compris ; je serais papa d’ici peu et ça…ça me comble de joie. »

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Mer 11 Avr - 22:02

Je le regarde avec amusement réagir quand je lui dis qu’il y en a pour trois heures à attendre. En même temps, dans trois heures, il sera un peu avant dix huit heures et on nous a bien dit que ça serait pour le soir, donc je trouve qu’on s’en sort bien. Quand on pense que certaines femmes attendent vingt quatre heures à la maternité avant de pouvoir accoucher, je trouve que je m’en sors bien ! J’ai été bien préparée aussi, j’ai un bon obstétricien qui a été toujours présent pour répondre à mes questions. Ca aide à ne pas paniquer et à ne pas venir trop tôt.
Mais c’est bien logique qu’on soit impatients. Je pense que les derniers moments seront d’ailleurs les plus longs, autant pour lui que pour moi ! En plus, comme la bornée que je suis a décidé de ne pas faire de péridurale, je ne peux pas dire que je le ménage… Mais bon, je préfère, aussi bien pour Elanor que pour moi. Après tout, il ne s’agit que de mon confort et je peux très bien m’en passer ! Même si je suis du genre… Douillette.

Nous repartons donc sur le sujet de son absence à la maison. C’est clair qu’il va falloir qu’on trouve une solution, parce que si je peux prendre sur moi – aussi difficile que cela soit – et me contenter des moments où il est présent, je ne suis plus seule en cause maintenant. Il le sait aussi évidemment. Ca fait un moment que j’y pense en réalité, et que je me torture le cerveau pour essayer de trouver des solutions faisables et acceptables, à moindre coût. Celle des stagiaires me semble assez simple et évidente, et en surfant sur le net, j’ai vu qu’il existait des gens dont le travail était de faciliter celui des autres, de les aider à s’organiser pour abattre le même travail en moins de temps, sans pour autant courir. A mon avis, tout le monde là-bas serait content de profiter de ce genre de conseils, non ?
Et puis il y a aussi ce que je peux faire… Aller le voir, tous les jours, ou du moins quand c’est possible, pour déjeuner avec lui en emmenant Elanor. Comme ça il la verrait dans la journée au moins une fois. Bref, en discutant, avec mes idées et les siennes, je suis certaine qu’on pourra y arriver. Il le faut !

Seulement nous voilà interrompus dans notre conversation par Chiara qui arrive. Je suis contente de la voir, même si je sais que je suis bien prise en charge, je sais aussi qu’elle sera très présente dans la vie de notre fille et que sa venue au monde l’intéresse. Elle vérifie quand même mes constantes et me confirme ce qu’on m’a déjà dit. Elle est parfaitement détendue et ça me rassure.
Tony ? Je ne sais pas si ça le rassure. En tout cas il confirme se sentir impuissant, et ça, je m’en serais doutée. Pourtant sa présence est tellement importante ! Ca m’aide beaucoup, même s’il ne s’en rend pas compte. La nature est ainsi faite, les femmes se tapent tout le boulot !



Ne t’en fais pas Tony, elle est entre de bonnes mains. Et le fait que tu sois là est rassurant pour elle. Crois moi les femmes qui accouchent seules sont bien plus angoissées et ne vivent pas l’événement de la même façon.

Oui et si ça fait mal, c’est juste le moment de la contraction, après c’est comme si rien ne s’était passé.

Tout à fait. A ton avis pourquoi certaines femmes mettent au monde tant d’enfants ?


J’éclatais de rire. C’est ce que j’avais pensé un peu avant.


Parce qu’elles deviennent accro… Et je crois que je suis en passe de le devenir !

Oh là ! Tony mon grand, te voilà prévenu !

Prévenu de quoi ?


La silhouette imposante du docteur Bernardini se détachait de la porte d’entrée pour venir vers le lit. Il salua Chiara d’une poignée de main, en fit autant avec Tony, avant de reporter son regard sur moi.


Alors est-ce que tout va bien ?

Tout le monde me dit que oui. Et je le pense aussi.

Parfait ! C’est ce qui compte, être la plus détendue possible. Je vois qu’on a encore un peu de temps devant nous, c’est bien. Je vais vérifier où en est le col.

Je vous laisse, il faut que je retourne bosser. Je finis mon service à vingt heures, je viendrai voir à ce moment là où vous en êtes.

On en sera sûrement à réanimer le papa qui sera tombé dans les pommes après avoir coupé le cordon…

C’est une possibilité à ne pas négliger. A tout à l’heure la petite famille !

Oh oh… Col à six ! Mademoiselle semble pressée de montrer le bout de son nez ! Vous n’avez pas changé d’avis pour la péridurale ?

Non, je n’en veux pas.

Très bien, je préfère toujours demander confirmation quand le travail a commencé et que les femmes se rendent compte de ce qui les attend. Ne vous en faites pas, ça semble bien engagé pour être du rapide.

Oh en parlant de ça… Tony, il faudrait appeler mes parents ! Et peut être rappeler les tiens pour les rassurer non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Jeu 12 Avr - 14:41

J’imagine sans trop de mal que la présence du papa est importante pour la femme qui met au monde l’enfant. Que ce soit le premier, le deuxième, troisième ou même dixième ! Un enfant est le fruit d’une union magnifique, d’un amour souvent – dans le meilleur des cas – c’est quelque chose que l’on espère, que l’on prévoit, que l’on attend impatiemment…Les choses ont beaucoup évoluées de ce coté là, l’enfant n’est pas qu’un évènement naturel et normal. Il est projet et rêve de ses parents ;
Il faut donc bien entendu avoir conscience que dans les conditions qui nous ont poussés à avoir Elanor ; c’est une chance et une normalité que je sois là auprès d’elle en ce jour de fête.

« Oui je suis content d’être là je n’aurais manqué ça pour rien au monde vous le savez bien mais… »

Mais quoi ? Qu’est ce qu’elles racontent ces deux chipies qui s’amusent à me faire des frayeurs ! Tant d’enfants tant d’enfants…Doucement hein. Avoir un enfant ça change une vie, en avoir plusieurs tout autant et je veux donner à ma famille une qualité au quotidien qui risque d’être déjà difficile de la sorte ; n’allons pas créer une équipe de foot ! *out*

Heureusement, on ne me laisse pas le temps de donner mon avis sur cette petite touche d’humour – qui fait néanmoins bien rire tant mon épouse que ma meilleure amie. Je les retiens !
Mais avant de me permettre quelle remarque que ce soit je serre la main du docteur, rassuré de voir qu’il est là – bien que je n’aime pas bien le voir se pencher entre les jambes de mon amour Rolling Eyes ahem.

« Bonjour docteur. »

D’après lui aussi, tout va bien pour Samantha et notre petite. Je souris, soulagé et excité. Je prends le temps de remercier Chiara d’être passé en déposant chaleureusement ma main sur son bras et je la laisse s’échapper avant de lever les yeux au ciel.
Si même le docteur se met à me charrier, on n’est pas arrivé c’est moi qui vous le dis !

« Le papa sera trop occupé à contempler sa fille rassurez-vous je ne prendrais pas le temps de m’évanouir ! »

Rien n’est moins sur ceci dit, je me connais.
Enfin, je les laisse discuter sans louper le moindre mot de la conversation pour être au courant de tout. Bien que je ne comprenne pas exclusivement le jargon. Je m’arme alors de mon portable pour prévenir les grands parents ; les quatre. Il est plus que temps, surtout si Elanor semble pressée de nous rencontrer ;
Oh bon sang, nous y voilà ! Je vais être papa et je sors en étouffant un rire satisfait ; ridicule peut être mais indéniablement heureux !

« Oui bonjour Charles, il est tôt je suis navré j’espère ne pas vous réveiller ! Non ?...Bon, eh bien j’imagine que vous avez une idée de la raison qui me pousse à vous appeler si tôt ?...Oui ! Exact, nous sommes à l’hôpital de puis une bonne heure et les médecins prévoient le début de l’accouchement d’ici tr…deux heures à peu près. Sam va bien, oui, elle s’impatiente je pense ; nous avons hâte que ce soit terminé pour profiter ! J’vous en prie, je rappelle dans une petite heure cela vous va ? Très bien ; embrassez madame, je fais passer à Samantha comptez sur moi ! »

Bon, ils sont forcément très excités. Je souris et compose le numéro de mes parents – obligé cependant de répondre au quinzième appel de Benito avant d’en faire plus. Une fois que je lui ai poliment fait remarquer que cette journée était pour moi mémorable, j’ai accès à ma mère ;

« Non je te dis au moins deux heures ! A peu près mais je…maman Elanor ne nous a pas envoyé de message pour nous donner l’heure exacte ! Tu permets, je vais profiter un peu avec Sam et surtout la laisser se reposer mais je vous appellerais vite. Bien sur. Calme toi, tout va bien, le personnel est confiant…Je vous embrasse, oui, à tout à l’heure. »

Quand je reviens dans la pièce pour retrouver mon épouse…je suis épuisé ! Non mais ; nous sommes gâtés avec nos parents croyez-moi !
Remarque, je lui donne un prétexte de plus pour se détendre et sourire rien qu’avec la tête que j’affiche !


_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Jeu 12 Avr - 15:29

Ne m’en veuillez pas, j’adore le taquiner. Et comme Chiara aussi, ne vous étonnez pas si on s’entend bien ! Non, je ne me vois pas avec des tas d’enfants. Avec Tony on en avait parlé et le chiffre « 3 » était sorti. Ca me semblait bien, pas trop ni trop peu, et pour qu’ils soient le plus liés possibles et partagent un maximum de jeux, je n’avais pas envie de mettre des années entre eux. Mais une équipe de foot ? Grands dieux ! Je vous ai déjà dit que j’avais horreur du foot ? Une équipe de basket à la rigueur… Ahem, pardon, je déraille…
Mais le docteur Bernardini semble avoir le même humour que nous. C’est la fête des pères aujourd’hui on dirait ! Le pire c’est que j’imagine très bien la scène ! Oui oui, ça pourrait tout à fait être possible ! Mais j’espère quand même pas, ça serait bête qu’il loupe les premières minutes de la vie de sa fille non ? En tout cas ça fait du bien d’être rassurés sans arrêt comme ça. Voir le personnel confiant, qui vous dit sans arrêt que tout va bien, ça aide beaucoup à se détendre. A ma sortie, il va falloir que je pense à gâter le personnel de la maternité, ils l’ont bien mérité ! Certains diront qu’ils font leur boulot, mais y’a la manière de le faire.

Pendant que le docteur Bernardini fini de m’examiner, j’envoie Tony appeler les grands parents. Si mes parents ne sont encore au courant de rien, ceux de Tony, oui, et connaissant Fiora, elle doit, selon une expression de chez moi « faire quatre pas sur une brique » ! Pauvre Davide… Il doit être en mode fleur de lotus.
Moi par contre, pas vraiment. Difficile d’être zen quand vous avez des contractions toutes les quinze minutes et qu’elles sont de plus en plus fortes ! C’est normal, c’est même plutôt bon signe parce que si les contractions n’étaient pas assez fortes, ça pourrait poser des problèmes, n’empêche que ce n’est pas la partie la plus agréable. Enfin je vais bien, Elanor va bien, le travail va bien, bref, tout va bien ! Je peux donc me détendre. Enfin… Autant que faire ce peut évidemment. Mais je le suis quand même plus que mon mari. Pauvre Tony… A voir sa tête, ses coups de fil ont dû être fokloriques ! Je ne suis pas étonnée, vous vous en doutez, et je sais parfaitement qui lui a donné plus de fil à retordre ! Là, j’imagine parfaitement mon père en train d’appeler toutes les compagnies aériennes pour trouver un vol le plus rapproché possible. Maman fait les valises avec ordre et méthode en attendant. Davide est en train d’essayer de calmer Fiora et Fiora… Ben c’est Fiora quoi. Je le regarde entrer dans la chambre avec un sourire amusé, me pousse sur le côté du lit, et tapote le matelas à côté de moi pour qu’il vienne me rejoindre.



Allez viens, on a bien mérité de se reposer un peu.


Je me tourne un tout petit peu pour venir m’installer confortablement - du moins autant que possible - dans ses bras et je ferme les yeux, profitant du silence. Non non, je ne vais pas m’endormir ! Techniquement là… Je ne peux pas si vous voyez ce que je veux dire.


Les contractions se sont rapprochées d’un coup. Là j’en suis à une toutes les quinze minutes. D’après le docteur, ça ne va plus tarder.


Et tant mieux. Les minutes me paraissent tellement longues ! J’ai vraiment hâte que ça soit terminé, qu’on puisse voir notre fille, être assurés que tout va bien et qu’elle est en pleine forme. Pas de raison que ça ne soit pas le cas, j’ai été très bien suivie, s’il y avait eu un problème, on l’aurait vu. Mais bon, on s’inquiète toujours un peu, c’est normal non ?


Comment va Fiora ? Ou bien je devrais plutôt dire… Est-ce que ce pauvre Davide tient le coup ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Jeu 12 Avr - 18:47

Besoin de se reposer ? Peut-on vraiment considérer ainsi nos besoins ? Le pire n’est il pas à venir ?
Je n’ai pas à poser la question, je sais pertinemment que le pire – et heureusement pour compenser le meilleur aussi – arrive à grands pas et je vais être dans tous mes états pendant que Samantha devra affronter, seule, la naissance de notre fille.
J’ai du mal à souffler, à me détendre. S’il ne s’agissait que de moi ce serait plus évident ! Ne prenez pas ceci pour un excès de confiance en moi, de machisme ou d’égo je vous jure que je serais plus à même de me détendre si c’était moi qui allais souffrir quelques heures ou minutes durant…
Mais il s’agit de mon amour, de mon épouse, de la femme de ma vie et me calmer alors qu’elle s’apprête à subir des maux qui la feront sans doute pleurer : je ne peux pas !
Et puis ce calme avant la tempête comme on dit, il n’y a rien de plus stressant vous n’êtes pas d’accord ?

« Non attends reste correctement allongée chérie.. ! »

Je ne vais pas – en plus de mon côté inutile – passer pour le futur papa plus fainéant que tout, au point de s’allonger aux côtés de sa femme enceinte jusqu’au cou !
Mais je me souviens les mots de Chiara et l’importance du père aux côtés de la mère pendant ces moments là. Si Sam me demande de le placer près d’elle je ne peux refuser. Je fais de mon mieux pour ne pas prendre trop de place ;
A moitié assis à ses côtés, une jambe en dehors du lit sur laquelle je me porte, je pose mon menton sur le front de ma belle et je souris doucement, mes doigts jouant contre les siens.

« Ah oui ? Vraiment ?! Genre… plus tôt que prévu ? J’ai dit aux parents d’ici deux à trois heures et…enfin c’n’est pas grave, je les appellerais. »

J’essaye d’afficher un sourire naturel et de dissimuler derrière lui mon stress. Pas si évident que ça mais la voir si épanouie malgré les douleurs me fait du bien ;
Pour terminer de me rassurer un peu ; mon amour – parfaite comme elle est – m’arrache un léger rire et je lève les yeux au ciel avant d’entamer un résumé des coups de fils que j’ai passé à l’instant.

« Alors en ce qui concerne mes parents ils sont prêts à venir, je pense que ma mère a déjà ordonné à mon père de se placer au volant !...Plus sérieusement elle n’a pas arrêté de me demander si nous aurions besoin de quelque chose et je lui ai dit mille fois que nous avions eu le temps de tout prévoir ; mais tu la connais ! Ils s’inquiètent pour toi et espère que ce sera rapide ; papa pense que sans péridurale tu…tu es folle Laughing mais que la contrepartie de la « protection » de la petite et de la rapidité de l’accouchement compenserons largement. »

Encore heureux ! Je n’aurais pas supporté que cette prise de risque pour elle en termes de douleur n’ai aucun avantage !
Je souris avec elle à cette évocation des Belosi Sr avant d’enchainer.

« Tes parents semblent en revanche aussi nerveux l’un que l’autre…Ton père, pas très étonnant mais j’ai eu ta mère aussi qui a arraché le téléphone à son mari pour me demander en hurlant comment tu allais ! J’te le dis, Elanor va être gâtée ! »

Ce n’est rien de le dire, et c’est tant mieux après tout, c’est tout ce que je lui souhaite ;
Je me frotte le menton et fronce les sourcils.

« Dis, tu veux que je m’occupe de leurs billets, à tes parents ? Je peux faire ça rapidement ! »

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Jeu 12 Avr - 20:03

Plus tôt que prévu j’en sais rien, mais on est dans le bon en tout cas ! C’est pas encore le moment de paniquer… Non non, faut pas paniquer, tout est sous contrôle, tout va bien, on respire ! Le mieux à faire pour l’instant, c’est justement de se détendre, d’essayer de profiter des derniers moments de calme en prévision de ce qui nous attend. Un petit câlin tiens, y’a rien de tel ! Et puis je sais que ça va le calmer aussi.

J’en profite d’ailleurs pour lui demander comment ça s’est passé avec nos parents. Et j’imagine très bien Fiora assise sur une chaise à côté du téléphone, son sac à main sur les genoux et prête à décoller pendant que Davide est déjà installé au volant, prêt à mettre le contact dès que sa femme arrivera en courant et en secouant les bras dans tous les sens ! Bon sang, c’est presque une caricature et je ne peux pas m’empêcher de rire.

Mes parents quant à eux sont, paraît-il, énervés tous les deux. Ah bon ? Je me demande pourquoi ! Hum… Il est clair que dès que Tony a raccroché, ils se sont précipités à préparer leur venue en Italie. Branle bas le combat, mission trouver une place dans un avion et être prêt à décoller tout de suite enclenchée !



Oui oui, je sais je suis folle… C’est pas nouveau !


J’éclate de rire. C’est vrai que beaucoup penseraient que c’est idiot de souffrir quand on peut l’éviter, mais j’ai trouvé bien trop d’inconvénients et ça m’a directement vacciné contre l’idée ! Je ne suis pas la seule à avoir fait ce choix, une femme sur trois ne fait pas de péridurale, je fais partie des courageuses ! Oui bon, d’accord, je le serai moins bientôt.


Hum… Je ne sais pas. A mon avis mon père s’est jeté sur le téléphone pour trouver des billets rapidement dès que tu as raccroché, donc ça serait idiot de faire double usage. Mais pose lui la question quand tu appelleras après la naissance de la petite, s’il n’a pas trouvé tu pourras voir de ton côté.


Et c’est reparti ! Nouvelle contraction. 12 minutes cette fois. Je serre les dents, c’est pas mon genre de hurler, et puis à part péter les cordes vocales et les tympans des gens à proximité, ça ne sert à rien du tout. Le médecin m’a conseillé de me concentrer sur quelque chose, de compter par exemple. Du coup c’est ce que je fais, je compte dans ma tête, jusqu’à ce que la douleur soit partie. Et là je me rends compte que je viens de serrer la main de Tony très fort. Oups !


Désolée chéri…


C’est malin… Je vais quand même essayer de ne pas lui bousiller la main, hein ? Je caresse mon ventre, Elanor est pas mal agitée, mais j’entends les bips de son cœur par la machine et ça reste bien régulier. Je crois que sans contractions pour me réveiller, je pourrais bien m’assoupir ! Rien d’autre à faire que d’attendre, attendre encore. On reçoit juste parfois la visite de la sage femme ou d’une infirmière qui vient prendre les constantes. Dix minutes entre les contractions, puis 9, 7 minutes… Les contrôles se font de plus en plus réguliers et quand j’arrive à 5 minutes entre chaque contraction, la sage femme sort pour revenir avec le docteur Bernardini qui tend un blouse à Tony.


Monsieur Belosi… Il est temps d’enfiler votre tenue de combat ! On part en salle de travail !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Ven 13 Avr - 8:23

Oui, Charles a probablement pris d’assaut les téléphones de leur maison pour harceler toutes les hôtesses en aéroport afin de dégoter une place pour Vérone le plus rapidement possible ; je ne vois pas pourquoi il aurait des difficultés à trouver nous sommes une destination peu rare et s’ils sont contraints d’attendre une demi journée ce serait étonnant ;
Remarque, j’imagine que mes beaux parents aimeraient être là le plus tôt possible et donc dans l’idéal décoller d’ici quelques heures à peine !
Non en fait j’aurais voulu leur donner un coup de main pour pouvoir justifier le prix du billet déjà payé. S’ils s’arrangent de leur côté je ne pourrais jamais réussir à les rembourser ! Ils vont chipoter jusqu’à me faire abandonner alors que soyons réaliste : j’ai largement les moyens de leur offrir l’allée-retour sans que ça ne me paraisse excessif. Loin de là ;
Enfin, je commence à connaitre mes beaux parents et quand Sam me propose de voir avec eux une fois Elanor née, j’acquiesce doucement.

Bon sang c’que c’est long d’attendre ! Ne me demandez pas d’être patient moi l’impatient de 1ère le jour de la naissance de ma fille, de mon premier enfant ! Je ne peux pas et alors que je suis plus ou moins allongé, installé près de Samantha pour essayer de lui apporter tout le soutien possible sans perdre mon sang froid je…Argh !
Je plisse les yeux sous la petite douleur que provoque mon épouse en s’emparant de ma main comme souffre douleur ; fichtre. J’ignorais qu’elle avait tant de force.
Lorsqu’elle me relâche je feins d’avoir très mal avant de lui tirer la langue. Je ne me permettrais pas de me plaindre, elle vient d’avoir mal et rien à faire : ça m’inquiète.

« Ne t’en fais pas ça va ; c’est simplement la main que je me suis explosé il y a quelques mois mais tout roule ! »

Sarcasme quand tu nous tiens.
Je viens vite lui voler un baiser pour essayer de la consoler des maux qu’elle subit. Comme si je pouvais être efficace ; je me surprends à espérer que ces contractions cessent qu’elle puisse avoir la paix et souffler mais non ! Il ne faut pas ! Elles doivent encore se rapprocher et Elanor va naitre, d’ici quelques heures…Mais vivement.

Les minutes s’écoulent…et à chaque fois que je m’apprête à émettre la conclusion que ces minutes passent terriblement lentement, Sam affronte une nouvelle contraction qui me fait vite changer d’avis ! De plus en plus rapprochés, les assauts d’Elanor font souffrir mon amour en lui laissant de moins en moins de temps pour se remettre ;
Toujours aussi excité, je m’impatiente sans cesser de caresser sa main, son bras ou sa joue ;
Et puis enfin : c’est l’heure.

« Merci ! Je…d’accord… »

J’enfile en quatrième vitesse ce truc immonde et je suis les conseils de la sage femme qui fait partie de l’équipe qui va aider Sam à mettre au monde notre enfant.
Essayant de rester le plus près du lit possible, je ne lâche pas la main de la future maman et je souris nerveusement. Plus affolé qu’avant, plus heureux encore !

« Ça va aller chérie, tu respires. Respires calmement…Souffle, voilà. Calme toi tout va bien se passer, Elanor arrive ! »

Un peu comme si j’espérais que cette prise de conscience de sa part, de temps en temps, pouvait diminuer l’impact violent de la douleur. Je sais que Samantha est prête à être mère, elle le veut, elle est quasiment faite pour ça tant mon épouse est une femme attentionnée, douce et riche d’émotions à faire partager…
Je suis très fier de nous, à cet instant, et je serre fort sa main pour lui prouver que nous sommes deux. Et bientôt trois.

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Ven 13 Avr - 15:50

J’avais beau avoir hâte que ce moment arrive, maintenant que j’y étais, je commençais à baliser sérieusement. Rien de plus normal je sais, et d’ailleurs c’est ce que je me disais pour essayer de me calmer. C’était pas le moment, hein ? Je devais me concentrer sur le travail. Et puis ça ne devait pas être si terrible, y’a quand même un bon paquet de nanas pas dégourdies qui mettent des enfants au monde, non ? Oui, bon je sais, j’exagère, mais on se rassure comme on peut !

Le docteur Bernardini semble toujours aussi détendu. Remarquez c’est un peu normal, il en a vu d’autres, mais ça aussi c’est plutôt rassurant, ça doit vouloir dire que tout se passe bien ! D’ailleurs, ils prennent leur temps pour m’emmener en salle de travail. Ils font bien attention à ne pas emmêler les fils du monitoring, et c’est au pas que j’évolue dans le couloir. 17 h 03… C’est ce qu’indique l’horloge du couloir. On m’avait prédit 18 h pour la naissance, et je me rends compte que ces gens connaissent vraiment bien leur travail ! J’espère quand même que je n’en ai pas pour une heure parce que là, je douille pas mal quand même !

Comme il n’y a pas de fenêtre dans la salle de travail, il y fait plus frais et ça fait du bien. On place mon lit à côté d’un autre, différent du premier et adapté aux accouchements, et je m’y glisse sans difficulté. Me voilà en place, les pieds dans les étriers. Position peu sexy mais bon, faut ce qu’il faut n’est-ce pas ?



Ne me donne pas la main que tu t’es blessée chéri…


Un petit rire interrompu par une nouvelle contraction. Je souffle, oui, je souffle… Ca fait pas grand chose, mais je souffle. Le médecin se place sur un tabouret face à moi, on met un drap sur mes jambes et je sursaute quand il glisse sa main à un endroit stratégique jusqu’au poignet !


Désolé il fallait que je vérifie qu’elle se présente bien par la tête. Et c’est le cas.


Il a senti la tête de mon bébé ! Il a réussi à la toucher ! Je sais que c’est con de s’extasier devant cette information, mais… Vous vous rendez compte ? Elle va être bientôt là ! Elle arrive ! Il a touché sa tête bon sang !


Très bien. Maintenant quand vous allez sentir une contraction, vous allez pousser, aussi fort que vous pouvez !


Et là l’intérêt de ne pas avoir le bassin endormi, je peux pousser beaucoup plus fort ! Je ne m’attendais quand même pas à ce qu’il faille pousser aussi longtemps. On n’arrête pas de me dire que la petite progresse, que c’est très bien, qu’elle descend petit à petit, les minutes s’écoulent et ça devient de plus en plus dur ! C’est épuisant de pousser, j’ai envie de réclamer une pause. Mais bien entendu, je ne peux pas ! Allez ma grande, courage, ça va le faire ! Encore deux contractions et le docteur Bernardini fait un grand sourire.


Voilà la tête ! Venez voir Monsieur Belosi, votre fille arrive ! Allez Samantha, à la prochaine contraction, vous poussez bien fort !


C’est le moment le plus difficile, je le sais bien. Une fois que la tête est sortie, le reste suit très rapidement. Alors je mets toutes mes forces, du moins celles qu’il me reste, dans cette poussée.


Là voilà. Ne poussez plus maintenant.


Je regardais la tête que faisait Tony, absorbé dans la contemplation de ce qui se passait derrière le drap. Moi je ne voyais rien, ce qui était relativement frustrant. Par contre, je sentais… Et sans que j’ai à pousser cette fois, la contraction suivante a été suffisante pour que le docteur Bernardini puisse tirer Elanor complètement. La seconde suivante, elle était sur mon ventre, et moi j’étais en pleurs de pouvoir enfin la voir. Si je vous dis qu’elle est magnifique, vous allez me rétorquer que pour toutes les mamans leur bébé l’est… Mais là, je peux vous dire que je suis objective, elle EST magnifique ! La sage femme pose deux pinces au niveau de son cordon et tend ensuite une paire de ciseaux au papa.


C’est à vous maintenant, vous pouvez couper le cordon, juste entre les deux pinces. N’ayez pas peur le bébé ne sentira rien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Ven 13 Avr - 19:18

La main que je me suis blessé ou pas, il faut que je lui donne quelque chose non ?! J’en ai pas grand-chose à foutre à l’heure qu’il est de l’état de ma main ! Mon cœur lui en revanche mériterait meilleure surveillance ; mais trêves de plaisanteries je dois me concentrer ;
Me concentrer pour…ne pas exploser. Probablement.
Samantha a besoin de tout mon soutien dans ce moment si unique, merveilleux et malheureusement douloureux. Comment va-t-elle faire pour supporter cette douleur – que je ne peux qu’imaginer à défaut de mesurer – comment va-t-elle pouvoir prendre sur elle pour tant se concentrer que s’appliquer à mettre au monde la petite fille qui est nôtre ?
Non je ne réalise pas ; et en fin de compte il vaut mieux que je ne cherche pas à comprendre. Je la tiens fermement et fais de mon regard le plus solide soutien que je puisse lui donner.

« Je suis là chérie, courage, Elanor est bientôt là…courage. »

Le travail en cours est alors impressionnant. Une vraie torture s’opère dans un contexte pourtant enchanteur. J’ai vraiment du mal à réaliser que Samantha et moi sommes en train d’accueillir notre fille !
Je continue de la tenir, je place mon visage contre le sien dans les pires moments pour lui souffler tout le courage possible, je n’oublie pas de la rafraichir de la même manière que dans la pièce précédente et enfin je caresse son avant bras pour répéter ce qu’annonce le médecin autrement dit : l’avancée d’Elanor vers le début de la vie…
Enfin. Enfin la voilà, notre chérie, notre trésor, notre amour. Elle est née.

Reculant d’un ou deux pas – sans pour autant me détacher de mon épouse – j’essaye d’encaisser le coup. Bien que le terme soit mal choisi. J’encaisse…j’encaisse le sort, le destin. J’observe le médecin aidé par les sages femmes et aides soignantes et je reste bloqué, dévorant d’un regard admiratif et amoureux d’une façon que j’ignorais jusqu’alors la petite silhouette que l’on me présente.
Le bébé se met rapidement à pleurer, sans même que l’on ai besoin de provoquer l’entrée de l’air dans ses poumons et je sens mon cœur se fendre alors que la pauvre petite semble souffrir.
Bon sang…Je suis si heureux !

Je reviens vite sur Samantha et rejoint la réalité ; rapidement en fin de compte. Étonnant ? Pas tant que ça, j’ai beau être dans un état de transe certain, je deviens le papa responsable et attentif, serviable. Sans même y réfléchir je fais mon possible pour aider les personnes autour de nous à consoler et féliciter Sam, à déposer le bébé contre elle et je lui offre un sourire enchanté.

« Bravo mon ange…tu as fait un boulot magnifique…regarde comme elle est belle ! »

Mon sourire ne peut plus quitter mes lèvres, impossible ! Je me retrouve alors avec la paire de ciseaux dans les mains et j’acquiesce studieusement lorsque l’on m’indique comment procéder pour couper le cordon.
Voilà qui est fait ; appliqué mais efficace, je les ai séparées…pour mieux les retrouver.

Qu’est ce qu’elle est belle… »

Non je ne m’en remets pas ; appeler les grands parents ? Oui oui…Deux minutes vous permettez !
Je m’installe sur le tabouret à côté de Sam pour rapidement poser un baiser au coin de ses lèvres.

« Comment tu te sens ? »

J’imagine que ces deux bouts de femme vont être installées dans une chambre pour elle et mon amour pourra alors se reposer un peu ; Je vais tenter de continuer ainsi c'est-à-dire : faire le maximum !

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Ven 13 Avr - 20:17

Je vous confirme qu’accoucher, et sans péridurale en plus, c’est pas une promenade de santé, très loin de là. Mais je suis ravie de l’avoir fait, je ne regrette pas mon choix, et quand on dépose notre fille sur moi, je me dis que ça valait largement le coup, et que je le referais sans la moindre hésitation. Qu’est-ce que c’est quelques petites heures de travail face à tout ce bonheur ? Le bonheur d’ailleurs, il me submerge et j’éclate en sanglot. Je crois que presque toutes les mères ont cette réaction. Ce sont des larmes de joie et d’émerveillement. Elle est tellement jolie ! Elle semble en parfaite santé, vigoureuse, ce qui finit de me rassurer. Enfin pas vraiment, j’attends d’avoir la confirmation des médecins quand même.


Je me sens parfaitement bien, prête à recommencer !


Plaisanter un peu va le rassurer. Et puis oui, je me sens bien, même si je sais que ce n’est pas tout à fait fini pour moi ! Y’a encore le placenta que je dois évacuer. Mais à peine j’ai pu voir Elanor que déjà on me l’enlève. Je sais, il faut lui faire passer les tests d’usage pour vérifier que tout va bien, lui donner son premier bain aussi. Les tests, on les lui fait passer un peu plus loin dans la salle. Elle est pesée, mesurée, on vérifie qu’elle a l’instinct de marche… Enfin les choses habituelles quoi. Pendant ce temps là, je profite des quelques minutes qui me sont accordées avant de retourner au charbon. C’est la sage femme qui vient chercher Tony pour le premier bain d’Elanor. Une tradition pour chaque nouveau papa.


Allez Monsieur, venez avec moi, votre fille va prendre son premier bain !


Un moment privilégié pour lui avec elle. Je lui fais un sourire et lui fait signe d’y aller. Tout va bien pour moi, je me sens bien. Tout a été préparé dans la chambre que je vais occuper les prochains jours. Il y a une bassine spéciale dans la salle de bains, et tandis que la sage femme tient le bébé bien emmitouflé dans une couverture pour la garder au chaud, l’infirmière fait couler de l’eau à bonne température dans la bassine avant d’y faire couler un savon spécial pour la circonstance.


Regardez… Vous la tenez comme ça. Vous soutenez son dos avec votre bras et de votre main libre, vous la nettoyez doucement.


Et pendant que papa pouponne dans la salle de bains, je termine ce que j’ai à terminer. J’ai hâte que ça soit terminé pour pouvoir enfin aller en chambre, mais il faut bien y passer, et puis le doc doit vérifier que tout se remet bien aussi. Heureusement, Tony et Elanor reviennent vite. Elle est propre comme un sou neuf et on lui a mis un petit bonnet rose.


C’est l’heure de la première tétée maman !


A mon tour de recevoir les conseils pour que les choses se passent le mieux possible. Elle a de l’appétit en tout cas ! J’ignore royalement ce qui se passe entre mes jambes. Les examens, le dernier travail que fait le médecin… Peu importe. Je regarde Elanor qui boit paisiblement, qui a déjà une jolie couleur rose. J’observe ses yeux, mais trop tôt pour dire quelle couleur ils auront. Un mystère qui aura encore besoin de quelques jours pour être résolu ! Je tourne la tête vers Tony et lui adresse un sourire.


Alors ce bain ? Comment ça s’est passé ?


J’ai hâte d’entendre cette histoire, de connaître ses ressentis. C’est tout nouveau pour nous, on apprend, ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Sam 14 Avr - 13:17

Prête à recommencer ; je lui en foutrais moi !
J’avoue que je suis si détendu de voir que le travail douloureux de Samantha est terminé que je me permets un bon rire franc. Certes, c’est le début d’un nouveau travail qui nous attend tous les deux mais ô combien plus intéressant que celui que mon épouse vient d’endurer.
Lui offrant un sourire amoureux et reconnaissant pour tout ce qu’elle m’offre, je quitte Sam et suis avec attention l’infirmière qui emporte Elanor. Je vais lui donner son bain, non pardon : son premier bain ! Je retrouve toute l’excitation qui m’a tant motivé à devenir papa avec Samantha comme parfaite mère et j’acquiesce plusieurs fois pour montrer que je suis studieux, à l’écoute.

« Comme ça ? »

« Parfaitement, très bien. »

Je réalise avec quelques secondes de retard que la demoiselle vient de me mettre Elanor dans la main ; je la tiens presque dans une main ! Sa minuscule tête prend appui sur mon avant bras et je tiens son dos, ses fesses, laissant mon autre main parcourir son corps qui me parait si fragile.
Souriant comme tout je l’observe – oubliant de remettre du savon – mes yeux brillent alors que la petite, ma fille !! S’arrête de pleurer, elle continue bien à chougner un peu mais je vous jure qu’elle semble s’apaiser ;
L’eau ne lui fait pas peur : notons !

Enfin il est temps de revenir à la magnifique maman qui semble en état pour se remettre de ce difficile moment et surtout profiter un maximum de sa fille !
Oh…nous sommes parents. Un rire m’échappe tellement je me sens bien, excité, enchanté !
Maintenant qu’elle est propre, Elanor doit se nourrir, d’ailleurs ses petites lèvres cherchent le sein de Samantha ;
Note suivante : elle a de l’appétit !

« Elle a aimé je crois, elle voulait être toute belle : voilà qui est fait ! Je suis allé tout doucement pour pas la blesser…ça fait peur tu sais, mais j’ai bien enregistré les conseils de l’infirmière et j’imagine que tu lui donneras son prochain bain tu verras. Ça détend presque… Elle avait faim dis moi ! »

Et moi faim de la découvrir ; encore ; qu’on ne nous l’enlève pas ! Heureusement les aides soignantes nous précisent plusieurs fois que maintenant nous allons devoir assumer, travailler et surtout l’aimer très fort.
Qu’elles comptent sur nous !
Alors que je me réinstalle pour mieux savourer l’image de la mère et la fille en communion, je sens mon portable dans la poche et donc…je ne peux plus y échapper ! Je vole un baiser à mon épouse en m’excusant et je préviens tout le monde, mes parents seront là dans moins de 15 minutes… Laughing

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Sam 14 Avr - 14:28

Ca y est, c’est fait. Et je vous confirme ce qu’on dit : une fois qu’on tient son bébé dans ses bras, on oublie totalement ce qu’on a enduré pour le mettre au monde. C’est presque magique, la nature a merveilleusement bien fait les choses. Maintenant que c’est fini, on peut en profiter. Pas encore à fond, je n’ai pas encore rejoint ma chambre, mais c’est pour très bientôt !

Je ne peux m’empêcher de sourire aux anges en voyant les deux miens revenir après le bain. Qui aurait pu prévoir, au début de notre relation, que nous vivrions ce genre de chose ensemble ? Le spectacle de Tony avec notre bébé dans les bras est magnifique et terriblement émouvant, tout comme celui de la petite qui se nourrit pour la première fois. Elle est tellement paisible ! Je la sens en confiance, elle a certainement aimé son premier bain et je ne peux pas m’empêcher de demander à Tony comment ça c’est passé.

J’imagine en effet que ça doit faire peur. Enfin, c’est relatif, mais on a peur surtout de ne pas faire les choses correctement. C’est bien d’être guidés et on l’est par un personnel aux petits soins pour le bébé, mais aussi pour les parents ! Je donnerai le prochain bain, oui, puisque Tony va continuer de travailler tant que je suis à l’hôpital pour mieux pouvoir être à la maison avec nous quand on rentrera au nid. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens qu’il ne va pas être hyper concentré au bureau !



Oui, elle avait faim ! Elle a de l’appétit, je me demande de qui elle tient ça !


Je tire la langue de façon peu mature mais trêve de plaisanteries, il faut prévenir tout le monde ! Ils doivent se demander où on en est, si les choses se passent bien. J’imagine sans mal leur angoisse et je préfère qu’on les rassure au plus vite. Pendant que Tony téléphone, on nous ramène dans la chambre qui est prête à nous accueillir et je suis autorisée à prendre une douche rapide. Là c’est un peu un déchirement, je n’ai pas envie de laisser ma fille ! Mais dire que la douche est nécessaire pour moi est un doux euphémisme ! Et puis elle ne sera pas seule. L’infirmière va lui mettre son petit bracelet avec son nom dessus et rester avec elle jusqu’à ce que son papa revienne.


Vous pouvez lui mettre une grenouillère avant d’aller à la salle de bains, je suis sûre que vous préférez le faire vous-même !

Comment avez-vous deviné ?

Oh… Une intuition !


J’ouvre ma valise et sors un pyjama léger en soie pour moi, et une petite grenouillère pour Elanor. Je la choisis avec soin, je me doute qu’elle va recevoir de la visite aujourd’hui ! Choix difficile, tous les modèles sont hyper mignons, mais mon choix s’arrête finalement sur un des premiers modèles que j’ai acheté.

Spoiler:
 

Il ne reste plus qu’à la lui enfiler, puis je file à la salle de bains. Vous me croyez si je vous dis que je n’ai jamais été aussi vite pour prendre une douche ? Pourtant elle fait un bien fou, j’aurais pu y rester des heures ! Mais hors de question, j’ai bien d’autres choses à faire. Alors je m’essuie en vitesse, enfile mon pyjama et me dépêche de sortir de la salle de bains. Tony est de retour, et comme on m’a dit que ce soir je devais éviter au maximum de quitter le lit, je rejoins sagement ce dernier, puis j’écarte les bras avec un grand sourire.


La maman a droit a un baiser du papa ?


Bah quoi ? Je l’ai mérité non ? Et puis vous me connaissez, toutes les occasions sont bonnes. Sans compter que je sens bien que nous n’allons pas être seuls bien longtemps ! Je laisse Tony prendre la petite, histoire qu’il en profite un maximum. Moi je vais rester là avec elle après tout, je pourrai me rattraper plus tard.


Alors ces coups de fil ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Sam 14 Avr - 15:06

Quand je reviens ou me rassure en m’indiquant la direction à prendre pour rejoindre la chambre de mes amours. Non mais, ils me font rire eux, qu’on me prévienne bon sang j’ai frôlé l’infarctus ! Enfin ; restons cool. Je les remercie et me dépêche de revenir à Samantha et Elanor…Elle est née ; elle est née. Oui, la petite – notre petite – est parmi nous !

Au moment ou j’entre dans la chambre l’infirmière m’explique que mon épouse prend deux minutes pour se rafraichir et je hoche la tête faisant mine d’avoir compris car j’entends d’ici le jet de douche. La demoiselle m’explique alors comment allonger la petite dans le lit prévu à cet effet, juste à côté de celui de la jeune mère.
Rien de particulier ou d’extraordinaire, mais quand même quelques conseils. Tout me parait si compliqué, même dans les gestes les plus banaux.

La belle petite Elanor ne bouge pas beaucoup et on m’explique que Sam n’a pas été la seule à s’épuiser tout à l’heure, l’enfant aussi est fatigué et puis si aujourd’hui elle n’est pas énergique, cela ne veut en rien dire qu’elle ne le sera pas plus tard ; au contraire !
Je souris à mon ange qui sort de la douche et je l’aide à se réinstaller dans le lit avant de la prendre dans mes bras en soupirant de soulagement. Elles vont bien ; je suis l’homme le plus heureux de la Terre.

« Et comment, le papa ne survivra pas sinon. »

Je lève les yeux au ciel et l’embrasse tendrement, profitant de ces courtes et étranges retrouvailles. Si on veut. Je porte alors toute mon attention au dessus du petit lit qui abrite notre fille qui…se met à pleurer. Ou plutôt râler ; qu’importe il ne m’en faut pas plus pour que je lui saute – délicatement – dessus !

« Je suis là mon amour…shhht…Qu’est ce qu’il y a ? Hum ? Ta chambre à toi est plus belle que ça tu sais ; regarde maman est là… »

Oui enfin, ses yeux sont encore à moitié fermés je me demande ce qu’elle voit, si elle voit. Cela ne m’empêche en rien de lui parler, de faire comme si elle comprenait et percevait tout. C’est ainsi qu’on les aide à évoluer et grandir non ?
Je souris à Sam et j’ouvre la bouche pour lui répondre quand…

« OOh.. ! ooooh…Bonjour Sam, comment allez vous ? Je, oh je peux la voir ? »

Je me penche légèrement pour que ma petite mère puisse voir Elanor et ses yeux s’humidifient immédiatement. Elle reste longtemps ainsi alors que mon père – qui a admiré sa petite fille pendant quand même deux bonnes minutes sans bouger – se rapproche de Samantha en s’asseyant sur la chaise à ses côtés.

« Félicitation ma belle. Elle est magnifique. Je suis très content pour vous ; pour la richesse que vous apportez à la famille Belosi. Merci. »

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Sam 14 Avr - 16:02

C’est marrant, mais je me sens plus légère ! Les dernières semaines j’avais quand même un peu de mal à me déplacer ! Je vais enfin pouvoir retrouver mes vêtements, même s’il me faudra quand même faire pas mal de sport avant de pouvoir renfiler certaines choses ! Mais peu importe, j’ai adoré être enceinte et voir mon corps se transformer ne m’a pas fait peur. Au contraire, j’avais hâte de passer chaque étape ! C’est le genre de souvenir que je vais garder toujours, une période de ma vie des plus importantes.

Elanor est née… Elle va bien, il n’y a eu aucune complication et tout s’est bien passé. D’ici quelques jours, on va rentrer à la maison pour démarrer un nouveau chapitre de notre vie. Mais en attendant, ça va être la valse des visites, et en premier lieu évidemment, celle des grands parents ! S’il faudra du temps pour que mes parents arrivent en Italie, ceux de Tony vivent à côté d’ici, alors bien entendu, je suis certaine qu’ils sont déjà en route ! Et vu qu’ils étaient prêts à démarrer et n’attendaient que ça, ils sont même peut être déjà en vue de l’hôpital ! Ca ne m’étonnerait pas, Fiora n’est pas du genre à perdre de temps !

Alors profitons des quelques minutes qui nous restent avant cette visite. Un petit câlin pour la maman avant que la petite ne réclame le sien. Le papa ne se fait pas prier pour le lui donner d’ailleurs ! C’est vraiment adorable… Je vous l’avais dit qu’il ferait un père parfait ! Elanor s’apaise au son de sa voix. Elle lui est familière, alors elle y prend attention. Mon index vient caresser sa petite joue rose tandis que j’interroge Tony sur les coups de fil qu’il a passé, histoire de savoir qui il a eu, quelles ont été les réactions, si mes parents ont pu lui dire s’ils avaient trouvé des billets d’avion et savoir quand ils arrivaient…

Mais Tony n’a pas le temps de me répondre. Je vous avais dit que mes beaux-parents n’allaient pas tarder ? Et bien voilà, j’avais raison ! La voix de Fiora me fait tourner la tête vers elle et le leur adresse, à elle et Davide, un large sourire. Je sais à quel point cette naissance leur fait plaisir, à quel point c’est important pour eux. Elanor est un peu le symbole de la réunification de la famille en quelque sorte, et voir les yeux émerveillés de ma belle-mère, ça me fait vraiment très plaisir.



Et bien… Je ne sais pas… On lui permet de la voir chéri ?


Je lève les yeux au ciel avant de lâcher un petit rire et adresse un regard complice à Davide qui s’avance à son tour pour admirer sa petite fille. Quel joli tableau ! Ca me rappelle qu’il va falloir qu’on fasse des photos ! L’appareil est dans la valise évidemment, et j’ai acheté la carte mémoire la plus grosse que j’ai trouvée ! Je pose ma main sur celle de Davide.


C’est un vrai plaisir, croyez-moi. Alors comme ça il paraît que je suis folle ?


Je me mords la joue pour ne pas rire, mais je ne peux pas m’empêcher de pouffer à voir la tête de mon beau-père !


Allez, pour vous rattraper, vous allez regarder dans la pochette avant de ma valise, il y a un appareil photo.


Et c’était parti pour la séance ! Tout le monde a voulu en prendre évidemment et Elanor est passée par tous les bras pour finir dans les miens. Des photos seule avec elle, d’autres avec ses deux parents, et je la remettais dans ce qui lui servait de petit lit pour qu’elle puisse se reposer. Elle en avait besoin !


Alors Fiora… Comment trouvez-vous votre petite fille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Lo sapete, sono il capitano.

Lo sapete, sono il capitano.

Date d'inscription : 18/07/2011
Messages : 1888
Age : 27



Mes relations :
Métier: Maire de Vérone
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Sam 14 Avr - 18:21

Mon père se jette presque sur l’appareil photo pour éviter d’avoir à subir un sermon de sa belle fille ; même s’il se doute que sa remarque purement humoristique n’était pas un reproche. De plus s’il a osé dire que Sam était folle de refuser la péridurale, c’est bien parce qu’il s’inquiétait pour elle. Vous l’auriez entendu au téléphone quand il a apprit qu’elle était entrée à l’hôpital, son anxiété paternelle pour nous trois était palpable même à l’autre bout du fil !

Telles des stars, nous posons et sourions à l’objectif ; mais ne nous prenez pas pour des égocentriques ! Nous ne pouvons que sourire et être photogéniques tellement nous sommes beaux car chacun ici est heureux ; ou presque.
Après quelques minutes à blinder l’appareil de photographies, Elanor grogne à nouveau et réclame sans doute un bon gros dodo, mérité ! Je laisse mon amour l’installer dans le petit lit avant de lui sommer avec plus ou moins de douceur de rester tranquillement allongée elle aussi ;
C’est qu’elle vient de vivre un accouchement éprouvant – du coup – et elle semble déjà penser qu’elle peut gambader ou elle veut ! De toute façon l’infirmière m’a fait comprendre qu’elle comptait sur moi quand elle n’était pas là pour calmer Samantha.
C’est que, je la connais la petite canadienne.

« Olalaaa…magnifique. Elle est, magnifique. Pas trop petite, pas trop maigre au contraire. »

« Oui un très beau bébé vraiment, bravo tous les deux. »

« Elle a un peu de cheveux…Pas trop sombres mais on ne peut pas savoir comment ils seront ! J’aimerais bien voir ses yeux !...d’ici quelques jours normalement. Vous lui avez donné à manger ? Ça a été Samantha ? »

Mon père continue d’être souriant et toujours aussi protecteur envers tout le monde ici, et il se déplace lentement, bras croisés dans le dos jusqu’à atteindre la fenêtre. J’avoue avoir du mal à m’éloigner des deux lits mais je m’efforce et prends la même position que lui, portant mon regard au loin.

« Tout va bien ? »

« Tout va bien. Tu n’imagines pas ce que je ressens d’articuler ces mots tout en les considérant. Tout va bien…Et, tu sais, ça faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ça. Tout n’est pas parfait mais la perfection n’existe pas n’est ce pas ? Je sais simplement que tu es un bon époux, un père qui promet d’être génial et tu, tu nous montre que tu nous aimes encore. »

J’acquiesce doucement, sans oser le regarder surtout que l’émotion me prend aux trippes et je serre la mâchoire pour supporter ses paroles. Le silence – entre nous, parce que les trois filles sont plus bruyantes ! – s’installe quelques instants avant que je n’inspire fortement pour lui adresser un discret sourire.

« Je fais très attention. Je n’agis plus de la même façon avec « ces gens » Tu sais, j’ai une famille aujourd’hui et toi et maman en faites partie, depuis toujours bien sur mais j’en ai aujourd’hui bien conscience. Je suis moins égoïste que tu ne le penses, mes relations douteuses sont malheureusement obligatoires à mon poste à l’heure actuelle…Je n’ai besoin que de vous, là, pour être heureux. J’t’aime papa. »

Il me répond un sourire étrangement identique au mien sans que je ne m’en rende compte et l’instant est – heureusement – coupé par mon téléphone. Je m’éclipse en faisant signe à Sam qu’il s’agit de ses parents !

« Oui ? Oui tout va toujours très bien, oui, ils sont là en effet. Calmez vous Charles, le droit de visite va bientôt terminer et…eh bien parfait ! Je viendrais vous chercher, rassurez-vous, ce sera très bien elles dormiront en vous attendant. Bises ; à demain 14h à l’aéroport ! »

_________________
♥️
Tutta la mia vita.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Cuღre di Capitanღ


Date d'inscription : 04/07/2011
Messages : 815



Mes relations :
Métier: Maman à temps plein
Mes relations:

MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   Sam 14 Avr - 19:15

Les photos… J’ai jamais été très photos moi. Quand mes parents insistaient pour que je pose, je râlais des bulles, ça je peux vous le dire ! Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs, j’avais tendance à être un peu égocentrique sur les bords, mais je crois que je trouvais ça tout simplement… Inutile. Egoïste et nombriliste… vous vous souvenez ? L’esprit de famille, je l’ai découvert à Vérone, et je peux vous dire que les changements qui se sont opérés en moi sont vraiment impressionnants.
Les photos, les symboles, maintenant c’était important pour moi. Ce n’est pas pour rien que j’ai fait faire un portrait de Tony et moi pour le lui offrir à la Saint Valentin ! Un geste auquel je n’aurais jamais pensé avant, que j’aurais même presque trouvé ridicule. Mais maintenant, cette famille que j’ai construite, j’ai envie de l’immortaliser. Toutes les personnes qui sont réunies dans cette chambre sont importantes pour moi, je veux garder ces instants gravés. Et puis je sais qu’on va vouloir des copies de ces photos évidemment !



Je crois qu’elle aura les yeux marrons ! J’ai regardé bien attentivement tout à l’heure et il me semble que ça commence à se pigmenter autour de ses pupilles.


Ou alors j’ai rêvé ! C’est possible, hein ? C’est vrai que là c’est difficile à dire, ils sont d’un bleu… Foncé, très foncé. On ne peut que supposer, aucune certitude pour l’instant. Mais c’est amusant d’imaginer comment elle va évoluer, même si c’est difficile de se le figurer.


Elle a mangé oui, et avec appétit ! L’accouchement s’est très bien passé, aucune complication, ça n’aurait pas pu mieux aller. Mais bon sang ce que c’était long d’attendre ! Enfin je ne vous apprend rien, et vous deviez vous aussi être impatiente !


Surtout qu’elle ne savait pas comment les choses se passaient. Je peux m’imaginer à sa place d’ici 20 ou 30 ans, quand Elanor sera à son tour maman, et je me dis que je serai folle d’inquiétude ! Enfin, j’ai encore le temps d’y penser… Et ce n’est pas le premier venu qui pourra s’approcher d’elle, je sens bien que Tony va être un véritable chien de garde ! « Mon beau-père et moi »… Vous connaissez ? Je crois qu’on va en faire un remake italien.
J’observe Elanor qui dort maintenant à poings fermés. Je ne sais pas si c’est une idée que je me fais, mais elle semble être un bébé assez facile. Pas trop bougonne, elle ne pleure pas sans arrêt à faire exploser les tympans des gens comme j’ai vu certains nouveaux nés le faire. Elle a aussi mangé très vite et très facilement. Je sais que ce n’est pas forcément le cas, pour certains, il faut s’y reprendre à plusieurs fois. J’espère que ça va durer !
Mais la sonnerie du téléphone de Tony me sort de ma contemplation. Ca n’a cependant pas perturbé Elanor qui n’a même pas réagi ! Dormir comme un bébé… Voilà d’où vient l’expression ! Tony tourne l’écran vers moi en passant, et je vois l’image des Perkins affiché. Même s’il est sorti de la chambre, il n’a pas eu le temps d’aller bien loin, et j’entends ce qu’il dit à mon père. Visiblement, ils ont trouvé un vol et ils pourront être là rapidement. Ca, c’est une super bonne nouvelle !



Fantastique ! Oh je parie qu’ils trépignent ! Mon ange, prends une photo d’Elanor avec ton téléphone et envoie la leur, ça va leur faire plaisir !


D’autant que papa a acheté un iPhone rien que pour ça ! Ca a été tout un événement pour lui de lâcher son vieux portable. Rendez-vous compte… Il n’avait même pas d’écran couleur. Pourquoi faire, hein ? Maintenant il sait.


Mais comment tu vas faire pour aller les chercher demain ? Tu travailles ! Milan ça fait une petite trotte quand même, entre l’aller, le retour et l’attente à l’aéroport, si je dis que tu en as pour trois heures, je suis optimiste ! Tu es sûr de pouvoir le faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Bienvenue, Elanor ! - PV Tony   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bienvenue, Elanor ! - PV Tony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Bienvenue chez Cici
» Tony Nobles guitars
» 05/03/11 : TONY JOE WHITE AU PLAN - RIS ORANGIS
» Tony Aubin (1907-1981)
» Green - Weissenborn style 4 Tony Françis
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind the Walls :: Hôpital-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit